La sorcière Abracadabra a fait explosé une marmite !

Dehors, le soleil brille et ses rayons font scintiller les feuilles des arbres qui se dressent autour de la chaumière de la sorcière. Entre les épais tapis de mousse qui recouvrent le sol, d’innombrables petites fleurs blanches en forme d’étoile ont poussé ces derniers jours. Ce sont les fleurs préférées de la sorcière Abracadabra, mais en cet instant, ces jolies fleurs la laissent indifférente. Elle est assise à la table de la cuisine et son regard est perdu dans le vide. Abracadabra va à l’école des sorcières seulement depuis un an mais elle a déjà appris beaucoup de choses. Elle sait préparer de simples potions magiques issues du gros livre des sorcières et réussit à lire l’avenir dans la boule magique. Pour voler sur son balai de sorcière, elle a eu du mal au début et elle a dû beaucoup s’exercer, mais maintenant elle arrive à décoller et à voler à un mètre au-dessus du sol. Les autres élèves sorcières n’ont pas non plus réussi du premier coup. Heureusement que leur maîtresse Diane Dubalai leur explique bien comment il faut faire et qu’elle les aide là où elle peut. Mais aujourd’hui, tout va de travers ! « Ouille » gémit Abracadabra en se tirant les cheveux « Mais qu’est-ce que tu as donc ? » lui demande une petite voix douce. Pendue au fil qu’elle a tissé sur la lampe qui éclaire la table, une petite araignée est en train de se promener et voilà qu’elle descend pour aller se balancer devant le visage d’Abracadabra. Celle-ci soupire : « Ah, c’était simplement terrible ! » raconte-t-elle à sa jeune amie Ariane. « Quand la sorcière supérieure et directrice de l’école, Berthe Labossue, est entrée dans notre classe aujourd’hui pour voir ce que nous avions déjà appris, j’étais toute excitée. J’ai fait tomber la boule magique par terre, après je ne me souvenais plus du tout des ingrédients qu’il fallait pour réaliser la pommade qui fait disparaître les verrues. Et pour finir la marmite remplie de sirop contre la toux a explosé en mille morceaux ! ». « Quoi ! » crie l’araignée Ariane. « Comment cela est-il est arrivé ? » Abracadabra gémit : « Euh, je ne sais pas très bien. Je crois que j’ai confondu le thym avec la poudre de sorcière Toximoxi. Pourtant, nous les élèves sorcières, nous n’avons encore pas le droit de nous servir du flacon de Toximoxi. Je n’arrive pas à comprendre. Juste au moment où la sorcière supérieure Berthe Labossue s’est penchée au-dessus de la marmite, ça a commencé à bouillonner et gronder, et tout d’un coup, on a entendu une détonation et la sorcière supérieure était recouverte de sauce verte et gluante de la tête aux pieds ». « C’est pas vrai ? ! » demande Ariane. « Si, si, … malheureusement, c’est vrai ! » lui répond Abracadabra. « J’étais bien embarrassée » dit-elle en se passant les mains dans les cheveux ébouriffés et pleins de nœuds. « Et comment a réagi Berthe Labossue ? Et ta maîtresse Diane Dubalai ? » demande Ariane. « Aucune idée ! Je me suis sauvée à toute vitesse et ai couru directement à la maison » lui répond Abracadabra en reniflant. « Oh la la ! réplique la petite araignée. « Tu ne t’es même pas excusée ? » Abracadabra lui répond non de la tête. « Ça alors, ça ne se fait pas ! » la réprimande Ariane. « Oui, je sais » répond Abracadabra « mais je n’ose pas, car je vais sûrement avoir tellement de punitions que je ne saurais pas où commencer ».
t-295-haba-spielzeug-hexe-holterpolter-und-der-explodierte-hustensaft.jpg
« Tant pis, il faut que tu t’excuses ! » lui dit Ariane d’un ton déterminé. « Je vais t’accompagner et tu y arriveras » lui propose son amie. Abracadabra soupire et se lève. Elle met son chapeau de sorcière et enfile sa cape. « Oui, tu as raison. Viens sur mon épaule Ariane, j’aurais peut-être moins peur et prendrai mon courage à deux mains ». Elles sortent alors de la chaumière de la sorcière et se mettent en route pour retourner à l’école des sorcières. Une fois arrivées, Abracadabra frappe avec hésitation à la porte du bureau de la directrice, appuie avec précaution sur la poignée de porte et regarde dans la pièce. La sorcière supérieure Berthe Labossue et la maîtresse Diane Dubalai sont assises là toutes les deux. Le cœur d’Abracadabra bat à toute vitesse. « Tu voulais nous parler ? » demande la directrice. L’élève sorcière acquiesce de manière hésitante en bégayant : « Euh, oui, euh …je … voulais m’excuser pour ….euh, pardon, …. je suis désolée que le sirop .. » Abracadabra s’interrompt et devient toute rouge. Elle n’arrive pas à finir sa phrase. « Ah, ma petite élève sorcière, ce n’est pas grave ! » la console Berthe Labossue. « Tu sais, quand nous étions encore élèves, il nous est aussi arrivé des tas de mauvaises aventures ». « Oui, c’est vrai ! » confirme Diane Dubalai en lui disant : « Une fois, j’étais à cheval sur mon balai, j’ai glissé et je suis restée accrochée en haut d’un grand sapin ». « Et moi aussi, j’ai fait exploser une marmite » ajoute Berthe Labossue. « Vraiment ? » demande Abracadabra qui se sent déjà beaucoup mieux. « Le jour de mon examen de maîtresse sorcière, je n’ai pas vérifié la température du feu sous la marmite et tout est parti en l’air dans un nuage de fumée bleue qui puait à en tomber à la renverse. Ça a duré des jours avant que cette odeur disparaisse » raconte Berthe Labossue. « Tu as donc eu de la chance que ton sirop ne sentait pas mauvais et qu’il était juste vert et gluant. Mais, promets-moi de faire mieux attention la prochaine fois en mélangeant les ingrédients » ajoute la sorcière supérieure en souriant. « Je suis contente que tu aies eu le courage de venir t’excuser. Tout ne marche pas toujours comme on veut et c’est important d’avouer qu’on a fait des fautes ou des erreurs pour en tirer une leçon » dit Diane Dubalai à son élève sorcière. « Alors, qu’est-ce que je t’avais dit ! » souffle Ariane à l’oreille de son amie. Abracadabra acquiesce et s’en va soulagée. « Quelle folle journée ! » dit-elle à Ariane une fois dehors. « Maintenant, je vais boire une grande tasse d’infusion de camomille ». « Tu as peut-être besoin de lunettes pour lire les étiquettes sur les flacons » suggère la petite araignée. « Non, non, je n’en ai pas besoin. Il faut juste que je fasse plus attention la prochaine fois » dit Abracadabra qui prend le chemin de la forêt des sorcières en compagnie de son amie perchée sur son épaule. « Regarde les belles fleurs blanche là-bas, je les vois parfaitement bien d’ici » dit-elle en riant.