Coutumes internationales de la fête de Pâques

Noël à peine terminé,  la nouvelle année à peine entamée, et,  en Allemagne, les lapins de Pâques envahissent déjà les étalages des supermarchés. Pâques sans lapin et sans œuf, pour les Allemands c’est impensable. Mais pas pour leurs voisins européens : des pays scandinaves à la Grèce, il y a de multiples coutumes liées à la fête de Pâques, comme autant  d’œufs multicolores ramassés dans un panier ! Accompagnez-nous au cours d’un voyage qui va vous dévoiler la diversité des coutumes de Pâques.

Le début du printemps coïncide souvent avec Pâques. . Dans l’église chrétienne, on célèbre la mort et la résurrection de Jésus et, en parallèle, la nature reprend vie autour de nous. Ce n’est donc pas étonnant que la plupart des coutumes allemandes liées à la fête de Pâques reprennent ce thème.
Les feux de Pâques que l’on fait brûler dans de nombreuses régions d’Allemagne dans la nuit précédant Pâques sont destinés à chasser l’hiver pour faire place à la chaleur et à la vie qui revient. Les œufs de Pâques célèbres dans le monde entier sont le symbole depuis toujours d’une vie nouvelle et d’une renaissance. La coutume de se donner des œufs cuits durs et peints de toutes les couleurs en cadeau à Pâques avait aussi autrefois une raison d’ordre pratique. Pendant le carême, il était interdit, selon la tradition chrétienne, de manger des œufs et de la viande. Comme les poules continuaient de pondre, on conservait les œufs en les faisant cuire. A la fin du carême le dimanche de Pâques, il y avait alors abondance d’œufs.

La coutume de cacher les œufs et d’autres friandises dans le jardin ou dans le parc n’est pas très ancienne. Au 17ème siècle, on relate pour la première fois en Allemagne une chasse aux œufs le dimanche de Pâques. Chercher les œufs est également une belle occasion de se retrouver pour faire une longue promenade en famille. A Cobourg en Franconie et dans ses environs, le lapin de Pâques cache les œufs dès le Jeudi saint.

Mais quelle est l’origine du lapin de Pâques ? Sur ce sujet, tout le monde n’est pas d’accord. Selon les régions, c’était autrefois aussi le renard, le coq ou le coucou qui cachaient les œufs. Le lapin, symbole de la fécondité et du printemps, s’est imposé au cours du temps, tout du moins en Allemagne. Dans d’autres pays, les enfants se réjouissent de la venue du coq de Pâques, dégustent une colombe de Pâques ou pensent que les cloches de Pâques apportent les friandises, comme chez nous en France.

t-823-haba-spielzeug-osterhexen-und-birkenruten-wie-man-in-skandinavien-ostern-feiert.jpg

Les sorcières de Pâques et les baguettes en bouleau : la fête de Pâques dans les pays scandinaves

Pâques, c’est l’annonce du printemps et, dans tous les pays scandinaves, on se réjouit à l’arrivée des premiers rayons de soleil qui réchauffent et font disparaître l’hiver. Dans tous les pays scandinaves ? Non, pas en Norvège. Là, on fait exactement le contraire en suivant les traces de la neige qui se fait plus rare et en se rendant dans les refuges de montagne pour y fêter Pâques. C’est un peu bizarre, mais c’est voulu. On dit que le premier norvégien, après la dernière période glaciaire, au lieu d’aller au sud avec son clan s’est dirigé vers le nord en suivant les glaciers qui reculaient. Aujourd’hui, les norvégiens imitent leur ancêtre, non sans autodérision.

Par contre, celui qui se trouve en Finlande au moment de Pâques, pourrait bien en « voir de toutes les couleurs ». Les Finlandais « battent » leurs semblables – comme après le sauna – gentiment avec des baguettes en bouleau. On dit que cela porte bonheur. En Finlande, les œufs de Pâques sont apportés par le coq de Pâques et non pas par le lapin de Pâques. 

Comme en Finlande, entre le Jeudi saint et Pâques, les jeunes filles en Suède vont de maison en maison, revêtues de vêtements de sorcières de Pâques ou de bonnes femmes de Pâques, en quête de friandises. En guise de « paiement », les sorcières de Pâques donnent des images qu’elles ont dessinées elles-mêmes ou expriment des vœux. Les enfants reçoivent leurs œufs en chocolat le samedi de Pâques  dans un gros œuf en carton et non dans un nid de Pâques. En plus des friandises, ils boivent du påskmust, une limonade de Pâques à base de malt. 

t-823-haba-spielzeug-wo-die-heringe-begraben-werden-und-die-glocken-fliegen-osterbraeuche-von-irland-bis-frankreich.jpg

Là où on enterre les harengs et où les cloches s’envolent : les traditions de Pâques de l’Irlande à la France

Avant que les Irlandais puissent récolter le chocolat dans leur nid de Pâques, ils doivent d’abord surmonter le carême. A la fin de cette « dure » épreuve, on enterre un hareng pour s’amuser. Ce sont souvent les bouchers locaux (dans leur propre intérêt !) qui organisent ces enterrements de harengs.
Comme en Irlande, en France on mange traditionnellement de l’agneau à Pâques, que ce soit un gigot ou un agneau en chocolat. Il y aussi des petites cloches en chocolat, qui, en Allemagne, sont plutôt données aux enfants à Noël. En France, ce sont les cloches qui, en volant, déposent les œufs et les friandises, et non le lapin de Pâques. Entre le Vendredi saint et le samedi de Pâques, les cloches, par tradition, ne sonnent pas et restent silencieuses. C’est pourquoi on dit qu’elles sont parties à Rome et qu’à leur retour, elles rapportent toutes sortes de friandises.

Dans le canton de Wallis en Suisse, on célèbre le dimanche de Pâques de manière très sportive : avant le lever du soleil, on se rend en procession en haut d’une colline et accueille les premiers rayons du soleil en faisant trois pirouettes.

En Pologne, les visiteurs qui se trouvent là à Pâques ont intérêt à avoir un parapluie sur eux, car ils risquent d’être mouillés, même par beau temps et ciel bleu. Le « lundi mouillé », les Polonais commémorent le baptême de leur premier souverain au 10ème siècle et « baptisent », avec des pistolets à eau et des bombes à eau, sans distinction leurs compatriotes et les touristes.

Lorsqu’en République Tchèque, un jeune homme et une jeune femme se rencontrent à Pâques, il se passe alors un « échange » bien particulier. Il la « bat » symboliquement avec des branches de saule décorées et tissées. Cela doit lui transmettre la force et l’énergie  de l’arbre et lui procurer santé et bonheur pour toute l’année. Pour le remercier, elle lui offre un œuf de Pâques peint en couleurs.

t-823-haba-spielzeug-rote-eier-und-prozessionen-traditionelle-ostern-im-sueden-europas.jpg

Des œufs rouges et des processions : Pâques traditionnelles en Europe du sud

En Espagne, la Semaine sainte et la fête de Pâques sont une attraction touristique. Quand les confréries religieuses passent en procession dans les rues, les pénitents sont revêtus de tuniques et de cagoules et portent sur leurs épaules des statues de saints ou les symboles du chemin de croix : on se croirait revenu en arrière de quelques siècles ! En Catalogne, ce spectacle n’est pas toujours empreint de profonde croyance. Les caraméllaires, enfants et adultes chantant des « caramelles » ou chants catalans, circulent dans les rues en chantant des chants pas uniquement religieux. En « récompense », on leur donne des œufs, des saucisses et des friandises.

Quand on veut fêter Pâques en Italie, il faut avoir beaucoup de patience. Lors des processions traditionnelles, les croyants se déplacent tellement lentement qu’il leur faut parfois une heure pour faire un kilomètre. Celui qui aura enduré tout cela, reçoit la « Colomba Pasquale » (colombe de Pâques), un biscuit en forme de colombe qui est garni de fruits confits, de raisins secs et d’amandes.

En Grèce, Pâques est certainement la fête la plus importante de toute l’année. Il y a donc d’innombrables traditions et mets de Pâques. Une coutume amusante est la bataille d’œufs. Le Jeudi saint, on cuit les œufs durs et les peint en rouge. A Pâques, on casse son œuf sur l’œuf de quelqu’un d’autre. Celui dont l’œuf reste intact a gagné. Celui qui est prêt à une telle bataille a intérêt à bien observer l’œuf de Pâques de son adversaire : certains farceurs se servent d’œufs en bois peints en rouge.